Lytton Strachey

Lytton Strachey
Lytton Strachey

Écrivain anglais, Giles Lytton Strachey est né à Londres (Royaume-Uni) le 1er mars 1880.

Son père est général et a été administrateur des Indes. Sa mère est une essayiste de grand talent, qui a réuni autour d'elle un petit cercle d'écrivains dont font notamment partie Virginia Woolf, Arthur Waley et E. M. Forster. Lytton Strachey est donc élevé dans une atmosphère particulièrement propre à développer ses goûts littéraires et à les enrichir.

De 1899 à 1905, il suit ses études au Trinity College de Cambridge et n'a pas à se préoccuper d'exercer une profession puisque sa fortune lui donne la possibilité de vivre à sa guise. Il rencontre le philosophe G. E. Moore, John Maynard Keynes, Leonard Woolf, Thoby Stephen, Virginia Stephen et Clive Bell, formant avec ces derniers le groupe d'intellectuels connu sous le nom de Bloomsbury Group.

Il débute dans la carrière littéraire par quelques poèmes mais se décourage devant leur insuccès. Il garde le silence jusqu'à l'âge de trente-deux ans, occupant son temps en études et en recherches sur l'histoire et la littérature et ne publiant que quelques critiques de livres dans The Spectator magazine.

Son premier livre, Étapes de la littérature française (1912), un ouvrage de critique littéraire, reçoit un excellent accueil et est abondamment commenté.

Pendant la Première Guerre mondiale, Lytton Strachey est objecteur de conscience.

Son deuxième livre, Victoriens éminents (1918), lui vaut la renommée. Il rassemble les biographies de quatre grandes figures typiques de l'époque victorienne: le Cardinal Manning, Florence Nightingale, le Dr Thomas Arnold et le général Charles George Gordon. La concision, l'intelligence, le mordant et la vivacité de ses portraits l'imposent immédiatement comme un maître du genre. Il joint à l'amour de la vérité une ironie subtile ou parfois féroce qui enchante ses lecteurs et leur fait trouver ces personnages du passé encore plus vivants que ceux d'aujourd'hui. Son succès est à la mesure de cette nouveauté, et c'est pour échapper aux obligations de la célébrité et pouvoir travailler en paix qu'il se retire à Inkpen, dans le Berkshire.

Son œuvre la plus réussie, sans doute parce qu'elle a pour cadre une époque où il aurait aimé vivre, est son Elizabeth et le comte d'Essex (1928), qui retrace les relations de la grande reine et de son jeune favori, qu'un moment de révolte conduit à l'échafaud.

Ses principaux autres livres sont: La Reine Victoria (1922), Livres et Personnalités (1922), Pope (1925), Portraits en miniature (1931), et Personnalités et Commentaires (1933). Sa correspondance est publiée en 2005.

Lytton Strachey est mort à Inkpen le 21 janvier 1932, à l'âge de 51 ans. L'artiste peintre Dora Carrington, qui partageait sa vie malgré l'homosexualité affichée de son compagnon, se suicide peu après.

Copyright © La République des Lettres, Paris, mercredi 18 septembre 2019. Droits réservés pour tous pays. Toute reproduction totale ou partielle de cet article sur quelque support que ce soit est interdite. Les citations brèves et les liens vers cette page sont autorisés.

Journal de la République des Lettres Éditions de la République des Lettres Brève histoire de la République des Lettres À propos de la République des Lettres Plan du site Contact & Informations légales