Mary W. Shelley
Mary W. Shelley

Romancière, essayiste et biographe anglaise, Mary Wollstonecraft Shelley, est née à Somers Town (faubourg de Londres) le 30 août 1797.

Sa mère, la philosophe féministe Mary Wollstonecraft, étant morte à sa naissance, elle fut élevée par son père, le philosophe, écrivain et journaliste William Godwin, qui lui donna une éducation politique libérale.

Elle passa son enfance et sa jeunesse chez divers amis de sa famille et, sevrée d'affection, s'éprit dès qu'elle le vit du poète romantique Percy Bysshe Shelley. Celui-ci, pourtant marié, l'enleva le 28 juillet 1814. Après divers voyages avec elle en Europe, il l'épousa en 1816, peu après le suicide de sa première femme. Dans les années qui suivirent, Mary Shelley eut trois enfant qui moururent en bas âge. Seul un fils, Percy Florence Shelley, resta en vie.

Douée d'une intelligence exceptionnelle, elle apprit le grec, le latin, le français et l'italien et fut toujours tenue en grande estime par les amis de son mari, en particulier par Lord Byron.

C'est de conversations avec ce dernier et de la lecture de romans allemands que naquit son premier livre, Frankenstein ou le Prométhée moderne, un chef-d'oeuvre du roman gothique d'épouvante publié en 1818 (puis dans une seconde version révisée en 1831). Le roman trouve son origine en 1816 dans le séjour à la Villa Diodati, près du lac Léman (Suisse), de Mary avec Percy Bysshe Shelley et leur ami George Gordon Byron. Ce dernier proposa que chacun écrive une histoire d'épouvante. Byron et un autre ami, John William Polidori, écrivent Le Vampire, un court récit qui lança le thème du vampirisme en littérature. Mary — alors âgée de dix-neuf ans — signa pour sa part Frankenstein.

Après la mort de Percy Bysshe Shelley en 1822, elle donna entre autres Le Dernier Homme (1826), roman d'anticipation qui contient une description frappante de la destruction de la race humaine, Les Aventures de Perkin Warbeck (1830) et Falkner (1837).

Tout en s'occupant de l'éducation de son fils, et en poursuivant une œuvre abondante dont l'essentiel parut dans les nombreuses revues auxquelles elle collaborait, elle s'attacha à la publication générale des écrits de son mari (Œuvres poétiques de Percy Bysshe Shelley, 1839). Elle écrivit en outre des nouvelles (La Jeune Fille invisible, 1832), des biographies de Pétrarque, de Boccace et de Machiavel, ainsi que des récits de voyage (Errances en Allemagne et en Italie, 1844). Parmi ses succès, on peut citer sa passionnante autobiographie parue en 1835 sous le titre de Lodore.

Mary Shelley est morte à Londres le 1er février 1851, à l'âge de 53 ans.