Ben Hecht

Ben Hecht
Ben Hecht

Scénariste, journaliste, dramaturge et romancier américain, Ben Hecht est né dans le quartier du Lower East Side, à New York, le 28 février 1894.

Fils d'immigrants russes juifs, il grandit à Racine (Wisconsin) où il est élevé autant par ses deux tantes que par ses parents. Il suit très irrégulièrement des études secondaires avant de gagner Chicago où il travaille brièvement dans un petit cirque avec l'un de ses oncles.

En 1910, il devient "chasseur d'images" pour le Chicago Journal. Il est chargé de se procurer par tous les moyens, y compris par le vol à l'intérieur des domiciles, les photographies des meurtriers et de leurs victimes. En 1914, il devient reporter puis chroniqueur judiciaire au Chicago DaiIy News. En 1916, il épouse Marie Armstrong qui lui donne une fille, Edwina.

En 1918, Ben Hecht est envoyé en Allemagne et en Russie comme correspondant de plusieurs journaux américains. À son retour en 1920, il devient éditorialiste au Chicago Daily News. En 1922, il fonde, rédige et dirige son prore journal, le Chicago Literary Times. En 1924, il part s'installer à New York où sa première pièce de théâtre, The Egotist, est montée à Broadway. En 1925, après avoir divorcé de sa première femme, il épouse la journaliste et écrivaine Rose Caylor, avec qui il aura une fille, Jenny.

La vie de Ben Hecht se confond alors avec ses réussites dans les domaines littéraire et cinématographiques. Son expérience en tant que journaliste de 1910 à 1924 constitue pour lui réservoir de matière sur lequel il s'appuie pour ses romans, nouvelles, pièces de théâtre et scénarios de films.

Entre 1922 et 1924, il publie un roman policier, La Dague florentine (qui sera adaptée au cinéma par Robert Florey en 1935), et deux tomes des aventures de Fantazius Mallare, roman pour lequel il est poursuivi en justice pour "obscénité" mais finalement acquitté. Son expérience de journaliste se reflète surtout dans son premier grand roman, Erik Dorn, dont la publication en 1921 fait de lui une figure littéraire nationale, ainsi que dans 1001 après-midi à Chicago (recueil de ses chroniques au Chicago Daily News, 1923), et, de façon plus approfondie, dans une pièce de 1928 écrite avec Charles MacArthur, The Front Page, qui triomphe bientôt sur la scène théâtrale new-yorkaise avant d'être adaptée à l'écran en 1931 par Lewis Milestone et en 1974 par Billy Wilder.

Son chef-d'oeuvre, Un Juif amoureux, publié en 1931, consacre sa réputation de romancier satirique à succès. Plusieurs autres écrits — romans, pièces de théâtre ou recueils de nouvelles — suivront. Citons entre autres Jumbo publié en 1935, The Champion From Far Away et Actor's Blood en 1937, Ladies and Gentlemen et The Book of Miracles en 1939, Fun to be free en 1941, Je hais les acteurs en 1944 (adapté sur grand écran en France en 1986 par Gérard Krawczyk), Letters from Bohemia en 1946, son célèbre livre de souvenirs A Child of the century en 1954, Charlie (une biographie de Charles MacArthur) en 1957, The Sensualists en 1959 et un autre livre autobiographique publié en 1963, peu avant de mourir, Gaily ! Gaily !.

L'engagement militant de Ben Hecht dans le mouvement sioniste lui fait publier plusieurs articles et pamphlets contre l'antisémitisme ou en faveur de la cause israélienne pendant la Seconde Guerre mondiale: Nous ne mourrons jamais, Guide for the Bedevilled, Un drapeau est né, Perfidy, etc.. Il apporte également son soutien à l'organisation terroriste juive "Irgoun Zvaï Leoumi" qui assassine et chasse les Palestiniens de leur terre pour créer l'État d'Israël.

Mais c'est surtout le cinéma qui fait appel à lui. Son talent d'écrivain s'exprime pleinement dans la carrière de "Hollywood screenwriter" qui s'ouvre à lui dès 1927 avec les Nuits de Chicago de Joseph von Sternberg, récompensé en 1929 par un oscar du Meilleur scénario. Il écrit ou collabore ensuite à de nombreux scénarios de films réalisés par les plus grands cinéastes de l'époque: Howard Hawks pour Scarface en 1932 et La Dame du vendredi en 1940, George Stevens pour Gunga Din en 1939, Victor Fleming pour Autant en emporte le vent la même année, Howard Hughes pour The Outlaw en 1943, Alfred Hitchcock pour Les Enchaînés en 1946, Charles Vidor pour Gilda en 1946, Henry Hathaway pour Le Carrefour de la mort en 1947, Otto Preminger pour Le Mystérieux docteur Korvo en 1949, William Wyler pour Vacances Romaines en 1953. Son goût pour un lyrisme mêlé d'ironie se prête idéalement à l'univers du film de gangsters alors en vogue, genre qu'il enrichit de son expérience de reporter de faits divers. Au total, entre 1927 et 1969, on compte quelque quarante scénarios dont il est officiellement l'auteur ou le collaborateur à des degrés divers, et une quarantaine d'autres ne comportant pas sa signature au générique. À noter aussi qu'il a fondé en 1934 ses propres studios de cinéma, en association avec son ami Charles MacArthur. Ensemble ils ont écrit et réalisé quelques films méconnus, dont Le Goujat (1935) et Les Hauts de Hurlevent (1939).

Ben Hecht est mort à New York le 18 avril 1964, à l'âge de 70 ans.

Je hais les acteurs

Copyright © Jean Bruno / La République des Lettres, Paris, mercredi 12 décembre 2018. Droits réservés pour tous pays. Toute reproduction totale ou partielle de cet article sur quelque support que ce soit est interdite. Les citations brèves et les liens vers cette page sont autorisés.

Journal de la République des Lettres Éditions de la République des Lettres Brève histoire de la République des Lettres À propos de la République des Lettres Plan du site Contact & Informations légales