Raymond Roussel

Biographie Raymond Roussel
Raymond Roussel
Impressions d'Afrique

Éditions de La République des Lettres
ISBN 978-2-8249-0066-7
Prix : 5 euros
Disponible chez • GoogleFnacKoboAmazoniTunes
et autres librairies numériques
Raymond Roussel

Écrivain français, Raymond Roussel est né à Paris le 20 janvier 1877. Sa famille est immensément riche et cela contribue à lui assurer une enfance dont il conservera toujours un souvenir délicieux.

À treize ans, il quitte le lycée pour le Conservatoire, et entre dans la classe de piano de Louis Diémer; il y obtient un second, puis un premier accessit. Sa mère encourage son goût pour la musique et, dès l'âge de seize ans, il s'essaie à composer des mélodies. À dix-sept ans, il renonce brusquement à la musique pour se consacrer tout entier à la poésie. Durant de longs mois, il travaille presque jour et nuit et c'est alors, qu'illuminé par "une sensation de gloire universelle", il a comme la révélation de son génie.

Son premier livre, La Doublure, paraît le 10 juin 1897; l'insuccès est total et provoque chez lui un choc terrible. Guéri, Raymond Roussel se remet au travail mais cette fois systématiquement et en mettant minutieusement au point son style et sa technique. L'oeuvre qui naît de cette recherche, La Vue, paraît en 1902 dans Le Gaulois (en librairie en 1904), mais elle est à peine remarquée.

Cinq nouvelles années de travail au cours desquelles, racontera-t-il plus tard, "il m'est arrivé de me rouler par terre dans des crises de rage, en sentant que je ne pouvais parvenir à me donner les sensations d'art auxquelles j'aspirais", lui permettent de réaliser un ouvrage, Impressions d'Afrique (1910), à partir duquel il a la certitude d'avoir trouvé sa voie. Lorsque le livre paraît, personne n'y prête attention, sauf Edmond Rostand qui proclame partout qu'on pourrait en tirer une pièce extraordinaire.

Il en fait jouer successivement trois versions, les deux premières au Théâtre Femina, la dernière au Théâtre Antoine. La critique s'acharne sur la pièce et l'insuccès est complet. Entre-temps, il a commencé un nouveau livre qui paraît sous le titre de Locus Solus (1914), et n'est pas mieux accueilli que les précédents. Il charge Pierre Frondaie d'en faire une adaptation qu'il fait monter très luxueusement au Théâtre Antoine. Les représentations dégénérèrent en véritables batailles, mais un petit groupe commence à reconnaître le mérite des tentatives de Roussel tandis que lui vient une soudaine célébrité de scandale.

Pensant que ses pièces échouent parce qu'il ne s'agit que d'adaptations, il écrit L'Étoile au front qui, le 5 mai 1924, est représentée au Vaudeville. Il y a de nouvelles bagarres mais les partisans sont plus nombreux; on les hue, on les traite de claque et c'est alors que Robert Desnos lance son mot célèbre: "Nous sommes la claque et vous êtes la joue. Raymond Roussel donne une dernière pièce, La Poussière de soleils, qui est montée au théâtre de la Porte-Saint-Martin le 2 février 1926; cette fois, les places s'arrachent et il n'y a pas de bataille, mais la critique demeure tout aussi mauvaise. Le génie de l'écrivain atteint sa plénitude dans son dernier livre: Nouvelles impressions d'Afrique (1932).

Le 14 juillet 1933, lors d'un voyage en Sicile, Raymond Roussel est retrouvé mort dans une chambre de l'Hôtel des Palmes, à Palerme; sans doute s'est-il suicidé. Un ouvrage publié à titre posthume en 1935, Comment j'ai écrit certains de mes livres, nous révèle un peu des secrets de son art littéraire.

Au premier abord déconcertante, l'oeuvre de Roussel marque un moment capital non seulement dans l'évolution de la littérature, mais dans les rapports de l'écrivain et de l'écriture. Comparable par bien des points à celle de James Joyce, cette oeuvre est destinée à prendre de plus en plus de place à mesure que l'expression écrite ne se contentera pas de distraire l'homme mais tendra à l'exprimer toujours de plus près. Hanté par le paradis perdu de sa gloire, Roussel a élaboré toute une mythologie qu'il nous reste à déchiffrer avec la même patience qu'il mit à la concevoir; il en naîtra, peut-être, une nouvelle lumière.

Raymond Roussel
Impressions d'Afrique