Horace McCoy

Biographie Horace McCoy
Horace McCoy
On achève bien les chevaux

Éditions de La République des Lettres
ISBN 978-2-8249-0175-6
Prix : 5 euros
Disponible chez • GoogleFnacKoboAmazoniTunes
et autres librairies numériques
Horace McCoy

Romancier américain, Horace McCoy est né le 14 avril 1897 à Pegram, près de Nashville (Tennessee, Etats-Unis).

Il doit gagner sa vie très jeune et suit l'ancienne tradition américaine du colporteur en parcourant les États du Sud, puis devient chauffeur de taxi à La Nouvelle Orléans et à Dallas. Il sert en France pendant la Première Guerre mondiale et se retrouve en 1922 journaliste à Dallas où il s'occupe aussi de théâtre.

En 1927, Horace McCoy vend une première nouvelle au magazine Black Mask. Pendant la Grande Crise, il part pour la Californie où -- comme Raymond Chandler et Dashiell Hammett -- il collabore aux "pulp magazines" tout en étant ramasseur de fruits, garde du corps, etc, et en soutenant les piquets de grève.

Il lui faut attendre 1935 pour que sorte son premier roman, On achève bien les chevaux, et qu'il devienne scénariste à Hollywood, comme bon nombre d'écrivains de sa génération. Il travaille notamment au Gentleman Jim de Raoul Walsh, et aux Indomptables de Nicholas Ray.

Après bien des vicissitudes, une édition expurgée de Un linceul n'a pas de poches paraît à Londres en 1937 (le roman ne sortira aux Etats-Unis qu'en 1948, et encore modifié par peur du maccarthysme).

En 1938, Horace McCoy publie J'aurais dû rester chez nous et, en 1948, Adieu l'amour, adieu la vie (Kiss to morrow good-bye). Il meurt à Los Angeles, dans l'indifférence quasi générale, le 16 décembre 1955, à l'âge de 58 ans.

Horace Mac Coy est l'un des écrivains les plus marquants parmi ceux qui ont choisi de décrire l'Amérique à travers un réalisme brutal et sans concession. Les "durs", gangsters, politiciens douteux, les détectives occasionnels, sont peints dans un contexte économique et social impitoyable où l'homme perd toute dignité. Un lyrisme en contrepoint et le symbolisme de l'écriture donnent à l'oeuvre de McCoy toute son originalité.

Horace McCoy
On achève bien les chevaux