Mahatma Gandhi

Biographie Mahatma Gandhi
Romain Rolland
Mahatma Gandhi

Éditions de La République des Lettres
ISBN 978-2-8249-0092-6
Prix : 5 euros
Disponible chez • GoogleFnacKoboAmazoniTunes
et autres librairies numériques
Mahatma Gandhi

Philosophe et Homme politique indien, Mohandas Karamchand Gandhi, dit le Mahatma Gandhi, est né à Porbandar, ville maritime du Kathiawar (Inde), le 2 octobre 1869.

Il est la personnalité la plus en vue de l'histoire contemporaine de l'Inde où il domina la scène politique et sociale durant toute la première moitié du XXe siècle. De sa féconde activité, consacrée au mieux-être de ses compatriotes et à l'indépendance de sa patrie, dans le cadre d'une conception philanthropique et humanitaire supérieure, nous sont restés l'oeuvre intitulée Expérience de vérité ou Autobiographie, une masse énorme d'articles divers publiés dans des revues et des périodiques, des discours officiels prononcés en Inde et en Angleterre, ses nombreuses allocutions de ton familier et paternel, adressées au peuple indien qui en a gardé, encore de nos jours, un souvenir religieux, ainsi que des lettres de direction destinées au groupe de ses proches disciples, les Lettres à l'Ashram.

C'est à vingt ans environ que Gandhi a, pendant trois ans, un premier contact direct avec la civilisation occidentale, habitant Londres pour y suivre des études de Droit. Il retourne ensuite en Inde, mais n'y reste pas longtemps. En 1893, il part pour l'Afrique du Sud où le double idéal qui guidera toute sa vie commence à se manifester: un amour fervent pour l'Inde tout entière -- dont l'antique civilisation, la culture et quelques époques glorieuses de son histoire trois fois millénaire lui paraissaient des données intangibles sur lesquelles doit se fonder l'unité nationale --, et un besoin inné de remplir un devoir difficile dans un esprit d'amour et de charité envers l'humanité en général.

C'est ce généreux élan qui le porte à accomplir son oeuvre de relèvement moral et social auprès des milliers d'Indiens qui vivent en Afrique du Sud. Il fonde des colonies agricoles et des hôpitaux, et, à partir de ce moment-là, toute son action vise à faire disparaître les séparations de caste et de religion qui divisent son peuple. Dans ses rapports et ses inévitables différends avec le gouvernement sud-africain, il inaugure une méthode de lutte, une forme de résistance pacifique et passive qui renonce aux armes et respecte la personne humaine. Il pratique, déjà en Afrique en 1906, le "Satyagraha" (l'obstination pour la vérité, la force de l'âme).

À la fin de 1914, il retourne en Inde et y mène une vie retirée jusqu'en 1918, tout en soutenant la Grande-Bretagne pendant la Première Guerre mondiale dans l'espoir d'obtenir l'indépendance politique de son pays. Devant les promesses non-tenues du gouvernement anglais, il prend la tête du Parti du Congrès et appelle le peuple indien à résister pacifiquement contre l'occupant. Dès lors, Gandhi devient pratiquement le chef du mouvement nationaliste. La tactique adoptée en vue de gagner l'indépendance passe d'abord par l'autonomie simple, qui se concrétise dans l'autonomie économique atteinte au moyen de la "Non-coopération" (refus de collaborer avec l'administration britannique, boycott des produits anglais), puis par la "Désobéissance civile" qui devient alors le symbole de l'indépendance nationale (Svaraj).

Imprégné par la tradition religieuse de l'Inde ancienne et l'esprit de la Bhagavad-Gîta, le Sermon sur la montagne et Tolstoï, Gandhi prône la résistance non-violente et devient pour son peuple un chef et un maître. En 1925, il lance une campagne pour mettre un terme au caractère intouchable des parias, auxquels ils s'identifiera toute sa vie. Il préconise aussi le retour à la filature manuelle qui est une source de revenus pour les populations apauvries. En 1930, le célèbre marche à la mer qu'il entreprend pour briser le monopole de l'Etat sur l'extraction du sel, est le début d'un vaste mouvement de résistance passive. En 1942, il encourage la Désobéissance civile à grande échelle et paralyse les transports militaires britanniques.

Gandhi conduit le peuple indien jusqu'au but qu'il a si ardemment rêvé, l'indépendance de l'Inde, obtenue enfin en 1947, quoique son voeu de cohabitation harmonieuse entre hindous et musulmans ne se réalise pas entièrement. Son triomphe s'accompagne en effet de la partition du pays entre l'Inde et l'état musulman du Pakistan. C'est une douleur pour lui, à laquelle s'ajoutent d'amères désillusions causées par les violences et les massacres.

Gandhi, curieuse figure d'ascète indien, ne passe pas sa vie en ermite, mais au contraire, poussé par l'amour infini de sa terre natale et de ses frères, il vit -- mis à part quelques retraites -- dans le monde et pratique l'ascétisme tout en restant en contact avec les hommes et les méthodes politiques. La "Non-violence" (Ahimsa) est son arme pacifique, et il nous apparaît tout imprégné de ce sentiment de bonté et de douceur qui est le caractère dominant des disciples de Vishnu.

Sur le plan politique, il opère par des méthodes nettement opposées à celles qui priment à l'époque et encore de nos jours en la matière; il a en horreur la règle selon laquelle la fin justifie les moyens, règle que Kautilya, un maître indien de la politique, avait, il y a plusieurs siècles, exaltée et mise en pratique avec un réalisme sans scrupules. La manière non-violente de procéder que Gandhi prêche et pratique activement obtient le succès prévu. Ses jeûnes répétés et douloureux sont la preuve de son complet dévouement à sa cause, et ils réveillent la dévotion des masses. Sa parole passionnée les enthousiasme, ses prières et ses invocations au dieu Ram, récitées en public, touchent et ravissent l'immense auditoire du sous-continent.

Un attentat, perpétré à Dehli par un fanatique hindou, met fin à la vie de Gandhi le 30 janvier 1948. La nouvelle pénible de la mort du "père" (bap) communiquée aux foules, la douleur qu'éprouve le peuple frappé par sa fin tragique, la conservation de ses cendres, religieusement immergées dans les nombreux fleuves sacrés de l'immense pays, révèlent alors au monde que l'Inde a perdu son plus grand saint des temps modernes. L'appellation de Mahatma ("magnanime" ou "grande âme") l'honore et le désigne à la postérité comme une des personnalités de premier plan dans l'histoire de l'Inde et du monde.

Romain Rolland
Mahatma Gandhi
Mahatma Gandhi
Lettres à l'Ashram