Kenneth Fearing
Kenneth Fearing
Biographie : Vie et oeuvre de Kenneth Fearing.

Poète et romancier américain, Kenneth Fearing est né à Oak Park (Illinois, Etats-Unis) le 28 juillet 1902. Son père est avocat à Chicago. À la suite du divorce de ses parents il est élevé par sa tante, Eva Fearing Scholl.

Il suit ses études au lycée d'Oak Park — où il est rédacteur en chef du journal étudiant, comme son prédécesseur Ernest Hemingway — et aux Universités de l'Illinois et du Wisconsin.

Ses études terminées, il s'installe à New York en 1924, gagne sa vie comme journaliste et s'engage politiquement à gauche. Il écrit notamment dans le New Yorker et participe à la fondation de la Partisan Review. Il commence par publier des poèmes (Angel Arms, 1929) puis écrit des romans, dont un certain nombre de "pulp fiction" publiés sous le pseudonyme de Kirk Wolff.

En 1933, après une relation avec l'écrivaine anglaise Margery Latimer, il épouse Rachel Meltzer, qui lui donnera un fils.

Son roman Le Couteau de l'esprit, paru en 1941, attire l'attention de Raymond Chandler qui y décèle une influence de Dashiell Hammet.

Kenneth Fearing sombre progressivement dans l'alcoolisme. Il divorce en 1943 puis se remarie avec l'artiste Nan Lurie en 1945.

Il continue à publier des recueils de poèmes, dont entre autres Afternoon of a Pawnbroker and other poems (1943) et Stranger at Coney Island and other poems (1948).

En 1946 paraît The big clock, qui connaît un grand succès et est adapté au cinéma par John Farrow. Le roman est traduit en français par Boris Vian sous le titre Le Grand Horloger (Éditions Les Nourritures terrestres, 1947). Fearing y développe très brillamment un thème original: l'enquêteur est le mystérieux témoin qu'il doit retrouver et il fait tout pour échouer dans sa tâche.

En 1950, l'écrivain est assigné à comparaître devant la commission McCarthy qui traque les militants et sympathisants communistes.

Kenneth Fearing est mort à New York le 26 juin 1961, à l'âge de 58 ans. Qualifié de "poète en chef de la Grande Dépression" par le critique littéraire Macha Rosenthal, une sélection de ses poèmes est publiée à titre posthume dans le cadre du Library of America's American Poets Project et ses œuvres complètes par la National Poetry Foundation.