Karel Čapek
Karel Čapek
Biographie : Vie et oeuvre de Karel Čapek.

Écrivain tchèque, Karel Čapek est né à Malé Svatonovice (près d'Upice, Tchéquie), le 9 janvier 1890.

Il étudie successivement à Hradec Krâlové, Brno, Berlin, Paris et Prague où, en 1915, il obtient son doctorat en philosophie avec une thèse sur le pragmatisme.

Entre 1917 et 1920, il est rédacteur aux Nârodni listy (Feuilles nationales) et, après cette date, au Midové noviny (Journal du peuple). De 1921 à 1923, il travaille comme auteur et comme metteur en scène pour le théâtre municipal de Prague-Vinohrady.

Ses reportages, illustrés par lui-même de dessins spirituels, contiennent de vivants souvenirs de ses nombreux voyages. Il compose ses premiers recueils de récits et d'esquisses, Le Jardin de Krakonos (1918), et Profondeurs brillantes (1916) avec son frère Josef (1887-1945), romancier, peintre et philosophe. C'est seul, au contraire, qu'il écrit des volumes de contes: Le Calvaire (1917) et Récits pénibles (1921), axés sur des recherches spéculatives touchant les mystères de l'univers et de la vie humaine. Il aborde ensuite le roman en tirant son inspiration — comme Jakub Arbes et Karel Matěj Čapek-Chod avant lui — de l'étude des sciences exactes et de récits policiers, de scénarios de cinéma, de journaux dont il ranime les pages à l'aide de son humour si particulier qui le rapproche de G. K. Chesterton, son auteur préféré.

Čapek exerce également son esprit satirique aux dépens du titanesque système technique et social du XXe siècle qu'il projette sur un fond utopique dans La Fabrique d'absolu, Kratatite, la Guerre des salamandres (1936), ainsi que dans son drame R. U. R. (Les Robots Universels de Rossum). Il suit les traces d'Ignat Herrmann en produisant les Récits tirés d'une poche (1929) et les Récits tirés de l'autre poche (1929), qui forment une série d'esquisses policières d'où n'est pas exclue une certaine bonne humeur. Dans sa trilogie composée de Hordubal (1933), Le Météore (1934) et Une vie médiocre (1934), il conte sur des plans psychologiques divers la vie d'un simple montagnard des Carpates, le cas mystérieux d'un aviateur tombé avec son appareil et la biographie débraillée d'un cheminot. Il convient, en outre, de rappeler ses nombreux recueils de "billets" et feuilletons, ses études sur les genres périphériques de la littérature (chansons de foires, bibliothèque rose, romans policiers), ses admirables entretiens avec Tomáš Masaryk, et sa vaste production théâtrale dont les sommets sont De la vie des insectes (1920), écrit en collaboration avec son frère Josef, et L'Affaire Makropulos (1922).

Lorsqu'il meurt, à la veille d'années tragiques pour la Tchécoslovaquie, son nom est universellement connu parmi ceux des plus grands écrivains de l'époque.

Karel Čapek est mort à Prague le 25 décembre 1938, à l'âge de 48 ans.